HISTORIQUE

De l’Ebaupinaye, forteresse du XVème siècle : " Moyen-Age "

Etymologie de l’Ebaupinaye :

L'aubépine (en latin : alba-spina) "épine blanche", est à l'origine de ce vocable.
Par une transposition, le langage populaire dit aussi l'Ebaupin, l'Ebaupine.
L'Ebaupinaye est donc le lieu garni d'épines blanches, d'aubépines.

ORIGINE DE LA PROPRIETE

Les plus anciens possesseurs connus de cette terre féodale appartenaient à la famille de Vendel.

Perrot de Vendel, Seigneur de l'Ebaupinaye, bienfaiteur de l'abbaye de Thouars, fut inhumé dans l'église de l’abbaye de Saint Laon de Thouars peu avant 1437.

CHATEAUNOIRBLANC.JPG (17709 octets)
François de Vendel, bâtisseur de la forteresse de l’Ebaupinaye, était vassal du Seigneur d’Argenton, comme beaucoup d’autre du nom qui souvent servaient au château même d’Argenton, tel Hardouin de Vendel un des hommes de confiance de Philippe de Commynes et capitaine du château d’Argenton.

Argenton, situé au carrefour des voies commerciales Nord-Sud et Est-Ouest du Poitou-Charentes, existe depuis la préhistoire. Son apogée date du Moyen-Age, quand son Seigneur était Philippe de Commynes (1447 – 1511) historiographe de Louis XI, un des rois de France les plus connus. C’était alors une place forte et une capitale régionale très importante.

Puis au XVIème siècle, par le mariage de Mlle Amboise de Vendel, avec René Tusseau, l'Ebaupinaye passe à la famille Tusseau.

Devenue veuve en 1565, Amboise de Vendel vendit l'Ebaupinaye à Charles d'Hillerin.

En 1692 la famille d’Hillerin revendit l’Ebaupinaye à Claude de Chatillon, baron d'Argenton.

Après la Révolution, l'Ebaupinaye fut vendu comme bien national ...

Le propriétaire actuel, Claude Corbière, cherche acquéreur désireux et capable de restaurer et faire revivre cet ouvrage magnifique dans le respect des traditions.

CONTACT